Chers Lecteurs,

Le problème du CO2 commence à conscientiser les hommes politiques de l’importance du changement climatique, problème qui concerne les écosystèmes terrestres des cinq continents ainsi que ceux des mers et des océans.

Vous trouverez dans le bulletin un article important concernant le rapport du groupe intergouvernemental des experts du changement climatique. Ce dernier est le résultat de la concertation de 600 scientifiques dont les conclusions sont péremptoires sur l’importance écologique, économique et sociale du problème. Les régions arides risquent de devenir purement désertiques, la fonte des glaciers provoquera des crues catastrophiques pour certains pays, comme le Bangladesh par exemple.

Le problème du CO2 est assez subtil pour les écosystèmes terrestres de la planète où une diminution d’anhydride carbonique peut diminuer la productivité ou, au contraire, un excès de CO2 peut perturber la fonction physiologique de la plante; en période de canicule dans nos régions certaines essences forestières, comme le hêtre, bloquent la transpiration par la fermeture des stomates (orifices de la feuille par où se font les échanges gazeux). De toute façon les gouvernements nationaux et l’Union européenne doivent respecter le protocole de Kyoto. Les propositions ou les mesures prises pour le moment sont lamentables ou ridicules. Ne voyons-nous pas certains ministres proposer des primes pour l’achat de voitures neuves dites «propres» et des dispositions pénalisant certaines catégories de vieilles voitures de petites dimensions souvent moins polluantes que la moyenne des véhicules. Quand verra-t-on un gouvernement proposer une diminution de la TVA sur les véhicules qui produisent moins de 120 gr. de CO2 au kilomètre (4 litres aux 100 km.) et une augmentation substantielle de cette TVA pour les voitures produisant plus de 190 gr. de CO2 par kilomètre (8 litres au 100 km. ?).

Le problème de l’eau pose également d’énormes problèmes. Dans l’article sur l’utilité du CO2 vous lirez qu’une plante, pour produire 1 kg. de matière sèche doit transpirer par ses stomates 600 l. d’eau. Un simple calcul vous montrera que le lagunage d’une roselière de phragmites produisant ne fut-ce que 25 t. de matière sèche à l’Ha , provoquera une évapotranspiration correspondant à une pluviosité de 1,50 m. !

L’article sur la mycocénose vous montrera l’incroyable biodiversité de la fonge. Que ce soit des champignons saprophytes, parasites ou symbiotiques on constate en moyenne que chaque plante supérieure peut être en relation avec de très nombreuses espèces de champignons. Les Anglais ont démontré que pour la Grande-Bretagne il y avait six fois plus de champignons que de plantes supérieures, ce qui prouve que pour 300.000 plantes supérieures le règne des champignons devrait comprendre environ 1 million et demi d’espèces.

Saluons enfin les chercheurs de Biohainaut qui ont mis au point un milieu de culture très prometteur pour la production de morilles in vitro.

Dans la revue de presse de nombreux articles sur l’énergie, le nucléaire, le changement climatique, nous démontrent l’importance des énergies renouvelables et de l’utilisation rationnelle de l’énergie (URE). Il est navrant de constater qu’à l’occasion du 50ème anniversaire du traité de Rome, le traité Euratom n’ait pas été modifié. L’Union européenne consacre trois fois plus d’argent pour le nucléaire que pour les énergies renouvelables et les économies d’énergie (550 millions d’euros pour le nucléaire et 168 millions pour les énergies vertes et les économies d’énergie).

Vous trouverez, chers lecteurs, de très nombreux autres articles sur la pollution, les pesticides et l’environnement en général. Nous sommes aujourd’hui 6 milliards et demi d’individus, nous serons 7 milliards en 2015 et 9 milliards en 2050; économie et sobriété sont indispensables, l’écologie a de plus en plus besoin d’une politique efficace. Que l’Union européenne s’en inspire et abandonne ses négociations de marchands de tapis.

Bonne lecture

Pierre Piérart