Il est connu depuis longtemps que la radioactivité peut avoir des effets néfastes sur la santé. Comme le rappelait Paul Lannoye, en 1895, Rontgen étudie les rayons X. Dès 1896, des effets de fortes doses sur la santé sont constatés. Au début du vingtième siècle, le radium est utilisé comme matériau émetteur naturel de lumière dans les montres et autres accessoires. Mais le radium est radioactif. En 1925, on constate des cancers de la mâchoire chez les femmes qui appliquent le radium sur divers accessoires en utilisant leur langue. Dans les années 1930, la radioactivité est présentée comme bénéfique. On ne compte plus les publicités vantant les eaux minérales contenant de la radioactivité. En 1958, on analyse les effets de faibles doses sur la leucémie des enfants. D’autres effets néfastes sont constatés depuis lors. Malgré diverses études, le sujet est encore très controversé aujourd’hui. C’est afin de faire le point sur la question que, le 2 mars 2012, le Grappe (Groupe de Réflexion et d’Action Pour une Politique Ecologique) organisait un colloque international sur le thème Radioactivité et Santé. Faibles doses : risques et radioprotection. Force est de reconnaître, après cette journée, qu’il s’agit d’un sujet où subsistent bien des zones d’ombre.


• Quelques définitions

L’unité de mesure de l’activité d’une substance est le becquerel (Bq). 1 Bq correspond à la désintégration d’un noyau par seconde, qu’il s’agisse de radioactivité α (noyaux d’hélium) ou β (électrons).

La dose absorbée représente la quantité d’énergie absorbée par unité de masse. L’unité de mesure est le joule par kilo, ou Gray (Gy).

L’équivalent de dose est la dose absorbée en moyenne par un tissu ou un organe pondérée pour tenir compte du type de rayonnement. L’unité d’équivalent de dose est le sievert (Sv).

Selon Michel Sonck (AFCN), en moyenne, chaque être humain reçoit une dose d’environ 5 mSv/an. De ceux-ci, plus du tiers proviennent du secteur médical (radiologies diverses). Environ 3 mSv/an viennent du rayonnement naturel, dont le radon et le thorium pour 62%, les rayons cosmiques pour 13%, le corps humain (Ben oui, nous sommes naturellement radioactifs !) pour 11%.

Suite de l'article dans notre bulletin n° 71