En fonction d'articles de presse un peu alarmistes d'origine allemande, il me semble utile de faire une mise au point concernant la présence de volcans récents (à l'échelle géologique) proches de la frontière orientale de notre pays en se souvenant qu'une dernière éruption datant d'environ 5.000 ans a projeté par un vent favorable des poussières que l'on retrouve actuellement dans les loess superficiels jusqu'à la région du Borinage.

Il faut aussi rappeler que ces types de volcans n'ont rien à voir avec les appareils géants de l'axe brabançon, d'il y a quelque 400 millions d'années complètement arasés par l'érosion de la pénéplanation posthercynienne et dont le contenu des cheminées solidifiées affleurant en surface ont été exploitées ponctuellement verticalement dans tout l'axe brabançon pour en faire les pavés de nos routes, les sombres en "porphyre" ou microdiorite quartzifère, les clairs en rhyolites à Lessines, Quenast, Bierghes, Nivelles, Gembloux.

À peine à 1 ou 2 kilomètres de la frontière belgo-allemande (localité d'Ormont), en Eifel prolongeant les ter¬rains du Dévonien inférieur de l'Ardenne, apparaissent dans le paysage horizontal de facettes de pénéplanation, toute une série d'appareils volcaniques de deux types : des buttes de différentes formes en relief positif, élevé de quelques dizaines de mètres et des creux subcirculaires perçant les surfaces planes et parfois ceinturées d'un rem¬part de quelques mètres de hauteur, appelés maar(e) en allemand, maar(s) en français, et dont le fond actuel est occupé par une masse lacustre ou palustre.

Suite de l'article dans notre bulletin n° 71