COMPTE-RENDU DE L’ANIMATION « MARE »  DU  11 AU 15 AVRIL AU CAMPING D’EPINOIS
  - Bernadette Lamblin -

  Cette année, l’intérêt porté par les écoles pour l’animation sur la « mare » était tel que celle-ci s’est déroulée durant toute une semaine. De nombreuses espèces ont été pêchées dans la mare de finalisation des eaux grises du camping. Cette eau provient des sanitaires qui subit un traitement en anaérobie (absence d’oxygène) puis en aérobie (présence d’oxygène). Bien qu’à ce stade elle soit biocompatible en termes d’analyse, elle est transférée dans un bac filtrant contenant des plantes avant d’être acheminée dans la mare. On y retrouve entre autres des daphnies, des gerris, des limnées, des larves d’éphémères, de libellules, de demoiselles, de chironomes, des sangsues, des têtards, des notonectes, des trichoptères à fourreau, des vers, des tritons… Cette diversité démontre bien la biocompatibilité de l’eau qui est assainie par divers traitements déjà expliqués dans de précédents bulletins.

  Les trichoptères constituent un ordre d’insectes holométaboles (métamorphose complète en quatre étapes).  Les larves de trichoptères sont aquatiques et très bien adaptées à la vie en eau douce.  Dans cette mare, c’est une espèce très commune.   Certaines espèces se construisent un fourreau de soie protecteur sur lequel elles fixent divers matériaux : petites pierres, débris végétaux, sable, brindilles.  

Suivant le matériel qu’elles utilisent ce fourreau peut avoir des formes très diverses.   Le corps de la larve ne quitte jamais cet étui, seuls sortent la tête et le thorax.  Un peu comme l’escargot, elles se promènent avec leur maison.  On lui donne parfois le surnom de « porte-bois ».  La larve possède des pièces buccales de type broyeur, elle se nourrit de débris organiques et donnera naissance après plusieurs mues et un stade nymphal à un adulte qui ne se nourrit pratiquement pas.  Sa courte vie consiste à assurer la survie de l’espèce.   Le cycle se déroule sur une année.  Lorsqu’on observe les ailes de l’adulte, on remarque qu’elles sont couvertes de poils d’où leur nom (tricho = poil).  Les trichoptères sont d’excellents indicateurs de qualité d’eau, une quinzaine de taxons sont utilisés dans les calculs d’indices biotiques.

Mes remerciements à Andrée et Michel pour leur accueil et leur gentillesse.