69% Perte d'espèces végétales en Amazonie Les forêts guyano-amazoniennes sont parmi les zones les plus touchées, selon le rapport. Avec +4,5°C, l’Amazonie pourrait perdre 69% de ses espèces végétales. Avec la clé, la perte d'avancées médicales, puisque beaucoup de médicaments modernes dérivent de plantes locales, avertit le WWF. La Libre Belgique - 14 mars 2018

30% D'espèces sous pression en Méditerranée En Méditerranée, 30 % des espèces sont déjà sous pression. L'augmentation de la chaleur entraîne une spirale négative avec davantage d'incendies de forêt qui laissent la végétation avec moins de feuilles. Cet appauvrissent en feuillages entraîne à son tour une augmentation de température et ainsi de suite, selon le WWF. La Libre Belgique - 14 mars 2018

Chlordécone Une carte recense les sols contaminés de Martinique En Martinique vient d'être publiée, mercredi 25 avril, une carte des territoires de l’île contaminés par le chlordécone, un insecticide organochloré perturbateur endocrinien, cancérogène, épandu sur les plantations de bananes au moins jusqu'en 1993. Cette carte couvre 37 % de la surface agricole utile, et 11 000 échantillons ont été analysés pour la réaliser. Elle peut être consultée sur le site de la préfecture, répond « a un objectif de transparence» et «constitue un outil d'aide à la décision, notamment pour le choix des agricultures, des cultures qui peuvent être réalisées sur des sols contaminés ». Le chlordécone impose des restrictions d'activités non seulement aux agriculteurs, mais aussi aux pêcheurs. Persistante, cette substance est présente dans les sols et l'eau pour plusieurs siècles. Le Monde – 27 avril 2018

7 millions La pollution de l’air tue La pollution de 1'air est responsable de 7 millions de décès prématurés chaque année, d'après de nouvelles estimations publiées par l'Organisation mondiale de la santé. A travers le monde, neuf personnes sur dix respirent un air pollué. Un phénomène qui touche plus particulièrement les pays les plus pauvres. Ces décès prématurés sont attribués à la fois à la pollution de l’air extérieur chargé en particules fines -dont les émissions proviennent de la combustion du charbon et du bois pour l'électricité et le chauffage, de la transformation d'énergie par l'industrie, du transport ou encore de l'agriculture -et à la pollution de l’air intérieur, liée à l'utilisation de combustibles et de technologies polluantes pour les fourneaux, les foyers ouverts ou les lampes. La Libre Belgique – 3 mai 2018

Le trafic routier et l'agriculture empoisonnent les forêts belges Si la qualité des eaux souterraines de nos forêts est meilleure qu'il y a 25 ans, elle n'est pas encore satisfaisante, ressort-il de récentes investigations menées par l'Institut flamand de recherche pour la Nature et la Forêt (INBO) à Bruxelles. Environ un cinquième des arbres en forêt sont par ailleurs malades. Le trafic et l'agriculture sont les sources principales de pollution. Alors que le soufre représentait auparavant l’élément le plus dommageable pour les forêts, le plus gros problème réside maintenant dans l'azote, sous la forme d'ammoniaque et d'oxyde d'azote (NOx). La qualité des eaux souterraines est ainsi l'une des causes de la santé déclinante des arbres. Une autre étude de l'INBO démontre en outre que plus d'un arbre sur cinq des forêts flamandes n'est pas en bonne santé. La situation serait quelque peu meilleure en Wallonie. La Libre Belgique – 3 mai 2018

Quasi 700 000 tonnes d'emballages ménagers recyclés en 2017 Fost Plus a recyclé quelque 698 000 tonnes d'emballages ménagers en 2017 dans le pays, annonce l'organisme lundi. Le taux de recyclage a ainsi atteint 89,1% l'année passée (87,4% en 2016), un record en Europe. Le taux de recyclage des emballages en PET a connu une progression importante au cours des dernières années, passant de 76,9% en 2012 à 87,7% l'année passée. Les recettes issues de la vente de matériaux collectés sont également reparties à la hausse dans le même temps, grâce à la relance de l’économie. Des données encourageantes pour Fost Plus, qui se veut néanmoins prudent en raison de la récente décision de la Chine de cesser d'importer certains flux de déchets. Certains matériaux demeureront dès lors en quantités plus importantes sur le marché européen, même si l'impact pour la Belgique devrait rester limité. La Libre Belgique – 15 mai 2018

Des herbicides et des fongicides dans l'air en Wallonie Expopesten, la première étude à évaluer la présence de plusieurs pesticides dans l'air ambiant en Wallonie, a livré ses premiers résultats, a annoncé mardi le ministère wallon de l'Environnement. Selon cette recherche qui a analysé sur un an 46 pesticides différents autour de 12 stations réparties sur le territoire wallon, ce sont essentiellement des herbicides et des fongicides qui ont été retrouvés. Les insecticides ne représentent que 0,5% des substances mesurées. C'est dans les localités de Gembloux, Louvain-la-Neuve, Tinlot et Dour et à Charleroi que les moyennes des concentrations totales mesurées sur l'année ont été les plus élevées. Les concentrations maximales ont été mesurées à Gembloux et Louvain-la-Neuve. Le nombre de substances actives et la concentration moyenne étaient les plus élevés à Oupeye (localité fruitière) et les moins élevés au Mont Rigi (Waimes). La Libre Belgique – 16 mai 2018

Réchauffement climatique : le mérou géant arrive en Nouvelle-Zélande Un nouvel indice vient prouver que le réchauffement des océans influe directement sur la vie sous-marine. Dernier exemple en date, la présence inédite de mérous géants dans les eaux de Nouvelle-Zélande -à plus de 3.000 kilomètres de son lieu de vie habituel. En cause, le réchauffement de plusieurs degrés de la température de l’océan ces derniers temps. Des records, si l’on en croit les scientifiques, qui affirment que la température de l’eau a augmenté de trois degrés en moyenne cette année. Six degrés supplémentaires dans certaines régions L’Institut national de recherche sur l’eau et l’atmosphère a publié ses derniers chiffres : en janvier, la température moyenne atteignait 20,3°C, trois degrés au-dessus de la normale. Le réchauffement de trois degrés est une moyenne : au large de certaines côtes de Nouvelle-Zélande, la température a augmenté de six degrés! Cette vague de chaleur marine enregistrée cette année est inédite et inquiétante pour la survie de certaines espèces d’une part et l’équilibre de la faune et de la flore d’autre part. Si ce réchauffement attire certaines espèces, comme le mérou, les martins-pêcheurs, les anguilles de jardin, les sergent-majors et les méduses à crinière de lion, il pourrait sans doute causer la mort ou le départ de certaines autres, incapables de s’adapter à ces degrés supplémentaires. consoGlobe – 30 mai 2018

Le Japon tue 122 baleines en période de gestation Pour les associations de défense des animaux, le bilan de la dernière expédition de chasse à la baleine est macabre. Plus de 300 baleines ont été tuées dont 122 en pleine période de gestation. Le Japon justifie sa chasse à la baleine pour répondre à des fins scientifiques. Cette année, en quatre mois, 333 baleines ont été capturées et tuées dont 122 qui attendaient des petits. Aujourd’hui, seuls deux pays assument de chasser la baleine à des fins commerciales : la Norvège et l’Islande. Le Japon lui, évoque les nécessaires avancées scientifiques pour justifier sa chasse et les recherches sur les cétacés. La chair issue de ces baleines est malgré tout écoulée sur le marché… Cependant le gouvernement affirme qu’il ne met pas en danger le vivier de baleines, des espèces pourtant menacées, et explore toutes les possibilités pour reprendre la chasse commerciale. Chaque année, la période des expéditions de chasse au Japon s’étale sur quatre mois et se termine avant mars. Tuer 333 baleines – dont 122 en période de gestation – était-il vraiment indispensable pour faire avancer la science quand on sait que la demande de la population en terme de chair de baleine baisse progressivement depuis plusieurs années ? consoGlobe - 1er juin 2018