VARIATIONS DU NIVEAU MARIN ET EFFET DE SERRE

- R. Fourneau -

Le zéro mètre utilisé par l'homme autrefois pour établir ses cartes à partir du niveau de la mer est tout à fait artificiel car la surface de celle-ci n'est ni stable ni fixe.

En Belgique, on a utilisé le niveau moyen des marées basses, aux Pays-Bas, le niveau moyen des moyennes de marées hautes et de marées basses, en France, on a pris le niveau moyen des marées de Méditerranée qui oscille entre 20 et 50 cm, ce qui entraîne une différence de 2,39 m entre les altitudes renseignées sur les cartes topographiques des pays voisins. D'autres pays comme ceux entourant la mer Noire ont plus de facilité car la mer est sans marée.

C'est pourquoi les cartes de l'avenir seront faites comme celles des autres planètes, qui n'ont pas de mer, par radar à partir d'un satellite se référant au centre de la planète. Ainsi, vu l'excentricité du rayon équatorial terrestre, de 20 km plus long que le rayon polaire, l'Himalaya ne sera plus le plus haut sommet terrestre mais ce seront bien les sommets andins équatoriens.

Des variations du niveau marin s'observent directement ou indirectement depuis toujours mais l'augmentation de 13 cm du niveau sur ce dernier siècle inquiète l'homme, cependant ce n'est qu'une hausse minime par rapport aux 2 mètres par siècle atteints lors d'une transgression marine typique (les phases d'élévation et de pénétration de la mer dites transgressions du Flandrien et du Dunkerquien, respectivement vers le IIe siècle B.C., puis du IVe au XIIIe et enfin au XIe siècle P.C. ne seraient peut-être finalement que des pénétrations liées à une rupture de cordon littoral, donc finalement des «pseudo-transgressions», réalisées à l'occasion de conjonction d'effets de marées et de très mauvaises conditions météorologiques).

On sait en effet que depuis les 2 ou 2,5 derniers Ma, l'alternance de grandes glaciations et de déglaciations - on en reconnaissait 4 autrefois, puis 6 et maintenant sans doute une vingtaine - a provoqué de grandes variations du niveau marin et que la dernière qui commença vers 20000 BP lentement d'abord, puis en hausse rapide de 50 cm entre 10000 et 7000 inonda des régions plates déjà occupées par l'homme comme la Mésopotamie (Éden veut dire terres plates en sumérien). D'autre part, des éruptions volcaniques plus nombreuses à cette époque qu'actuellement sont aussi responsables, par l'effondrement des appareils volcaniques, d'une élévation du niveau des mers comme ce fut le cas pour le volcan Santorin en mer Égée (voir annexe XIII).Suit

Suite de l'article dans le bulletin 82