Chers Lecteurs,

Un coup d’œil sur la table des matières nous révèle que l’épuisement des ressources naturelles fondamentales s’aggrave de jour en jour au point de rendre impossible un développement durable, c’est-à-dire bien régulé et où la croissance des biens matériels est une utopie mortifère.

L’article de Robert FOURNEAU « H2O » est un avertissement sur l’épuisement de cet or bleu dont le cycle est gravement compromis à cause de la détérioration systématique des forêts primaires et du manteau végétal en général. Michel WAUTELET nous gratifie d’un article extrêmement intéressant « L’aviation "verte", un leurre ? » où l’auteur, très bien informé sur la question, nous démontre clairement que l’aviation sera rapidement handicapée après le pic du pétrole et que l’utilisation abusive des biocarburants va créer des problèmes très graves sur les plans alimentaire et environnemental. Brigitte DURAND nous décrit dans son article « Les plantes sauvages comestibles entre tradition et modernité » l’importance de ces dernières qui ont joué un rôle fondamental à la fin du Paléolithique et qui, par leur sélection au cours du Néolithique, ont permis le développement de l’agriculture. Pierre PIERART apporte un complément à l’article de Brigitte Durand grâce à l’analyse de l’ouvrage du prof. Jean-Marie PELT « Les dons précieux de la nature ». Cette analyse démontre une fois de plus l’importance vitale de la protection de la nature dont la biodiversité est, depuis la révolution industrielle, soumise à une extinction sans précédents, même si on la compare aux grandes extinctions des temps géologiques comme celles qui se sont manifestées au début du Permien et à la fin du Crétacé.

Pour compléter ce tableau pessimiste, l’article sur « Le désastre écologique du Golfe du Mexique » nous montre une fois de plus que l’acharnement humain pour satisfaire les fantasmes de la bagnole n’a pas de limites. Les 32 sociétés pétrolières, qui se disputent l’exploitation des gisements d’hydrocarbures dans le Golfe, ne se communiquent pas les données géologiques de leurs prospections, ce qui risque de provoquer de nouvelles catastrophes.

Le Traité de Paix pour mettre fin à la guerre de Corée ainsi que La révision du Traité de Non Prolifération
qui s’est tenue à New York au mois de mai, n’ont fait l’objet d’aucune information dans les médias !! Il nous a semblé indispensable de donner un bref aperçu sur ces deux questions qui menacent, vu la puissance diabolique des armes nucléaires, la survie de la planète.

Nos remerciements à Anne-Marie Wantiez et Bernadette Lamblin pour leur dynamisme et pour leurs nombreuses activités d’initiation à la protection de la nature, organisées par Bernadette Lamblin, dans le Centre, Mons-Borinage et le Tournaisis et dont vous trouverez le compte-rendu dans ce bulletin.

Dans la revue de presse les problèmes du nucléaire civil et militaire sont une fois de plus examinés ainsi que ceux relevant de l’énergie, de la pollution et de la biodiversité. Pour en revenir au problème crucial qui consiste à sortir du nucléaire nous pensons que la Belgique est parfaitement capable d’assurer pour 2015 un approvisionnement énergétique sans devoir recourir à l’énergie de l’atome. La loi de sortie progressive du nucléaire, votée en 2003, est toujours juridiquement valable. Le gros problème se posera pour intensifier le développement des énergies renouvelables et l’utilisation rationnelle de l’énergie entre 2015 et 2025 afin de réaliser un mixte énergétique ne faisant plus appel au nucléaire.

Bonne lecture.

Pierre Piérart