Chèr(e)s lecteurs et lectrices,

Si les astrophysiciens sont heureux de vous annoncer qu'ils ont enfin trouvé depuis 100 ans qu'ils la recherchent, l'origine des particules cosmiques qui nous bombardent à chaque instant mais qui nous ont cependant permis de faire des datations au radiocarbone 14 (un laboratoire de datations vient enfin d'être ouvert en Belgique) nous sommes nous, heureux de vous signaler que de nombreux jeunes et moins jeunes ont participé à l'observation et à la connaissance de l'environnement physique et biologique dans lequel nous baignons grâce aux excursions et animations de notre Association et ce malgré le drôle de printemps auquel nous avons eu droit. Vous en trouverez ci-après les comptes-rendus.

Mais il y a aussi d'autres sujets que ceux de notre région qui doivent vous intéresser. Ainsi un article faisant suite à une conférence très particulière sur la possibilité d'une vie en totale autarcie même en plein hiver et en montagne renseignera certainement ceux qui, comme beaucoup d'entre nous rêvent de cette situation, utopique bien sûr au départ, mais réalisable en tenant compte -il faut bien le reconnaître- très coûteuse au départ en investissements. Elle nous permet cependant de s'en inspirer partiellement et progressivement si l'on veut arriver à un futur plus écologique et permettant de dépasser les freins toujours renouvelés des installations officielles ou des grandes entreprises financières.

Sans oublier d'abord que le monde de la biosphère miniature nous rappelle par l'intermédiaire de deux chercheuses émérites que de nouveaux dangers guettent les espaces forestiers par des intrusions toujours nouvelles d'indésirables migrants si minuscules qu'ils soient. Cependant c'est par l'étude minutieuse de la génétique qu'actuellement des confirmations de la diversité biologique et ses propagations territoriales à toute la Terre expliquent notre biodiversité par l'évitement d'une consanguinité ou par des variations climatiques contraignantes. Ce qui semble se confirmer ainsi dans l'infiniment petit ne serait qu'un modèle global qu'une même constatation se répétant à l'échelle humaine selon des hypothèses récentes de chercheurs actuels dans ce domaine.

Bonne lecture à toutes et tous,

Le Président, R. Fourneau.